dimanche 31 août 2008

les plaisanteries grivoises...

“De même les plaisanteries grivoises contre les femmes et la drague dans la rue “représentent la forme de pression la plus subtile et se situe à l’un des extrêmes du continuum de la violence (…), la mort se situe à l’autre extrême. Entre les deux, on trouve toutes sortes de comportements quotidiens depuis les coups superficiels jusqu’aux blessures graves, en passant par l’agression sexuelle et le viol”
Hanmer, 77

http://mauvaiseherbe.wordpress.com/2008/06/16/i-la-violence-contre-les-femmes-prostituees-une-violence-non-specifique/#comment-1956


picoré chez Je veux vivre libre et égale

4 commentaires:

Anonyme a dit…

hihi j'ai vu l'extrait de No Kid et celui là et la poussière ^^

Tout cela m'a fait bien plaisir.

Je ne m'en vais pas finalement.

merde aux injustices ^^(désolée pour le gros mot...)

bise

Anonyme a dit…

euh jvvlee

Emelire a dit…

les violences + petites préparent le terrain, crée un environnement favorable à des violences + graves. Et comme le sexisme commence dès le début de la vie, c'est petit petit au début, c'est ancré dans le conditionnement à tous les niveaux de la société, vraiment impossible d'y échapper totalement :o( C'est aussi pour ça que les racines réelles des graves violences ne sont jamais exposées, la domination, le sexisme. Parce que les gens sentent bien que de dire ces mots là remet en question toute l'organisation sociale. c'est terrible de s'en rendre compte.

Marie-Eve a dit…

Bonjour!
Ma nièce, 13 ans, s'est teint les cheveux en châtain foncé car à l'école on l'a traitait de blonde. Comme quoi les histoires drôles finissent toujours par prendre le dessus sur les mentalités!