jeudi 28 février 2008

Croisade anti-avortement - Pétition Libera donna...Oui!!! Ils sont Fous à lier!

Croisade anti-avortement
--> ...Les sorcières sont de retour


source : http://lorycalque.joueb.com/news/croisade-anti-avortement

La croisade anti-avortement a commencé le premier janvier, comme je l’ai dit ici. A la suite d'un fait divers ( relaté ici par Impasse Sud) symptomatique et inquiétant nous ramenant des décennies en arrière, avant l'époque de la promulgation des lois légalisant cette pratique ancestrale mais tabou, des milliers de femmes , et d'hommes aussi, ont manifesté devant hôpitaux et cliniques dans plusieurs grandes villes d'Italie (Bologne Brescia Florence Milan Naples Palerme Rome Turin Venise) le 14 février, bloquant la circulation et défilant en cortège où les slogans qu'on n'avait plus revus depuis des décennies ont refait leur apparition, tel que Temete, temete, les streghe sono tornate, le slogan désormais rentré dans l'histoire et brandi pour la première fois dans les années 70 durant les grandes manifestations féministes de l'époque.

Une pétition
(que j'ai signée et que vous pouvez signer aussi ici - CAP signifie code postal et il suffit de mettre à coté le pays où vous résidez, nome: nom, cognome: nom de famille-) a été mise en ligne pour défendre la loi 194, c'est à dire la loi autorisant l'avortement en Italie.
pétition Liberadonna
http://www.firmiamo.it/liberadonna#sign

Car c'est bien d'une chasse aux sorcières et de la criminalisation des femmes qu'il s'agit. Les blogs des italiennes sont à cet égard passionnants et je ne me lasse pas de les lire. Parce qu'elles vivent au pays du pape, elles sont les premières concernées, à devoir réagir pour lutter, les premières confrontées à l'offensive catholique et réactionnaire contre leurs droits, nos droits à toutes, elles savent mieux que personne trouver les mots les plus suggestifs, les mots qu'il faut, pour décrire la situation et l'analyser.

C'est, d'ailleurs, ce qui ressort du communiqué publié par l'U.D.I. (Unione Donne in Italia - Union des Femmes en Italie-), principale association féministe d'Italie, à propos de cette descente des forces de l'ordre dans le pavillon de gynécologie de l'hôpital de Naples, déclarant que La liberté des femmes a rendu inévitable l'agonie du patriarcat qui, obscurci, montre son visage le plus féroce en s'opposant aux femmes par l'intimidation.

Les très viriles et masculines "forces de l'ordre" en tenue de combat, ont en effet montré plus de détermination, en arrêtant deux femmes qui voulaient forcer le barrage pour poursuivre la manifestation dans les rue de Rome (ce qui mit en furie les autres qui ne voulurent pas s'en aller avant que les deux interpellées ne soient relâchées), qu'elles n'en montrent lorsqu'il s'agit d'interpeller des camionneurs barrant les autoroutes avec leurs T.I.R. ou les agriculteurs protestant pour leurs méventes de fruits & légumes sur leurs tracteurs.

Comme le dit très bien Fika Sicula de Femminismo a Sud, la persécution des femmes jusque dans les salles IVG n'est autre que la conséquence directe du degré de colonisation du corps féminin auquel nous sommes parvenus.

L'abominable Giuliano Ferrara, héroïque héraut de la croisade anti-avortement en proie à un délire mystique à la recherche de l'embryon perdu comme certains preux sont à celle de l'arche (pour reprendre les expressions de FikaSicula -quand je vous dis que les italiennes ont les mots qu'il faut!), a concocté une liste pro-vie (et pro-Berlusconi) qu'il entend lancer comme parti politique. Et ce n'est pas tout. Il promet la publication, sur son torchon "Il Foglio", de la photo de ses testicules, qu'il a petites selon ses dires, pour financer sa liste. Vous pourriez croire qu'il s'agit là d'une plaisanterie de mauvais goût, mais pas du tout, c'est si vrai que la nouvelle est publiée par l'ANSA, l'équivalant italien de l'AFP. L'individu pense être affligé du syndrome de Klinefelter (celui là même dont était affligé le foetus de la femme qui a été l'objet de la descente des forces de l'ordre dans la clinique où elle avait eu recours pour l'IVG) "ayant des grandes mamelles et des petites testicules", il se soumettra donc à un test pour en avoir le coeur net. Il se propose du reste comme futur ministre de la santé et promet d'interdire l'avortement en cas de syndrome de Klinefelter. De quoi frémir, non?

Quoi qu'il en soit, une chose est certaine: on a entendu bien peu de femmes, pas même parmi les catholiques au gouvernement ou ailleurs, soutenir haut et fort cette croisade anti-avortement. Par contre un foule d'hommes ont pris la parole (que dis-je! l'ont monopolisée) pour prêcher cette croisade. Depuis plus d'un mois, ce n'est qu'un ballet de soutanes et de politiciens qui ont déclaré ouvertement une guerre aux femmes en les criminalisant, vile et abjecte tentative de leur ôter leur liberté de citoyenne.
les liens :
http://www.firmiamo.it/liberadonna#sign

http://lorycalque.joueb.com/news/avortement-de-nouveau-sur-le-tapis

http://lorycalque.joueb.com/news/memoires-d-hier

http://femminismo-a-sud.noblogs.org/post/2008/02/16/feminist-riot

http://www.udinazionale.org/

http://femminismo-a-sud.noblogs.org/post/2008/02/13/la-polizia-irrompe-in-ospedale-per-sventare-un-aborto.-cos-le-donne-diventano-criminali...

http://www.ansa.it/opencms/export/site/notizie/rubriche/daassociare/visualizza_new.html_13334897.html
___________________

Fous à lier par Lory
--> Ranimer les foetus

Un quarteron de gynécologues romains, hommes et femmes, ont déclaré en ce début d'année, avec la bénédiction du Vatican, être favorables à la réanimation par thérapie intensive en couveuse des foetus avortés et à la mise en adoption de ceux-ci, et ceci sans le consentement de la mère, à laquelle serait cependant laissée la possibilité de le reprendre avant l'adoption. Ce qui apparaît vraiment comme le comble de la cruauté mentale, comme l'a dit la ministre de la Santé Livia Turco qui s'est élevée contre une telle proposition.

Voici donc la dernière trouvaille des intégristes. Il y a vraiment quelque chose d'hallucinant dans un tel acharnement. Il paraitrait qu'avec les progrès de la science, dans quelques rares cas mais avec des risques très importants de malformations et handicaps graves et irréversibles, le foetus puisse être viable en dehors du ventre maternel à partir de la 23ème semaine de gestation.
lire l'article :
http://lorycalque.joueb.com/news/fous-a-lier

2 commentaires:

Circé a dit…

Bonjour,
Je prends connaissance de votre article et je suis ...stupéfaite, révoltée...
En France nous avons droit à un regain d'activisme du groupuscule " Laissez les vivre ", un évêque, celui d'Orléans qui prend faits et causes pour eux, prétendant qu'il aurait aimé défilé à Paris s'il n'avait été occupé à d'autres tâches, nous assistons à une campagne insidieuse de remise en cause de ce droit qui est nécessaire au delà de toute considération morale ou religieuse.
Je soutiens bien évidemment cette pétition.
Pour que mes filles et petites filles ne reviennent jamais au temps des aiguilles à tricoter si elles devaient être confrontées à ce choix personnel, intime.
En l'occurence il n'est pas étonnant que ce soit en majorité des hommes qui réagissent ainsi.
Les mâles dominants qui veulent régir encore et toujours le corps des femmes et les soumettre à leurs lois.
Heureusement que d'autres sont là pour relever le niveau.

sémaphore a dit…

@ Circé,
Merci au nom des féministes italiennes d'avoir signé leur pétition, les intensions de ces hommes là sont de la pire espèce qui soient dans la cruauté d'un acharnement thérapeutique envers un embryon et dans la torture mentale la plus abjecte envers toutes femmes désireuses d'avorter.

Aussi convient-il d'être vigilante car le droit à l'avortement âprement obtenu par les féministes des années 70 est également remis en cause en France par des extrémistes religieux comme vous le souligner pertinemment.

La dépénalisation ne date que de 1975 en France et dans bien des pays nombre de femmes meurent des suites d'avortement pratiqué dans la clandestinité, dans de piètres conditions sanitaires. C'est pourquoi il importe de clamer haut et fort "notre corps nous appartient!"