dimanche 7 septembre 2008

Condamnation unanime de la fatwa autorisant le mariage des filles à partir de 9 ans [Fatwa, définition]

Condamnation unanime de la fatwa autorisant le mariage des filles à partir de 9 ans

source: Aujourd'hui le Maroc

La fatwa autorisant le mariage des filles à partir de 9 ans suscite des réactions de réprobation, d’autant plus que cette fatwa édictée par le dénommé Al-Maghraoui véhicule une incitation déguisée à la pédophilie.

Un sentiment de colère, voire d’indignation, prend à la gorge de plus en plus de Marocains, après l’édiction d’une fatwa autorisant le mariage de la fille âgée de 9 ans. L’auteur de cet avis, un fervent disciple du courant wahhabite au Maroc, estime dans cette fatwa qu’ «une fille de neuf ans a les mêmes capacités sexuelles que les filles âgées de 20 ans et plus».

Cheïkh Mohamed Ibn Abderrahmane Al-Maghraoui, puisque c’est de lui qu’il s’agit, semblait avoir besoin d’une icône forte pour se donner bonne conscience et donner à sa fatwa un vernis de légitimité, il s’est alors permis de citer l’exemple du prophète Mohammed affirmant que ce dernier «s’est marié avec Aïcha à l’âge de neuf ans».

Le mufti paraît oublier que le Prophète s’est battu sa vie durant pour que les femmes héritent (au moins la moitié des hommes), que l’excision soit modérée, refusant surtout et catégoriquement que l’on marie une fille de force, sans son consentement. Le flamboyant Maghraoui semble également (et très dangereusement) vouloir se mesurer à une icône religieuse inégalable, l’utilisant comme un prétexte pour légitimer une pratique scandaleuse au regard de notre époque. «L’époque de notre Prophète est complètement différente de la nôtre. Les réalités sociales ne sont pas identiques. L’environnement de l’époque du Prophète favorisait et légitimait ce genre de mariage. De nos jours, un tel mariage serait une véritable injustice vis-à-vis de la fille», relève le député islamiste Abdelbari Zemzmi. Cet ancien prédicateur estime qu’une fille de neuf ans ne déchiffre pas le sens du mariage. «Comment peut-on donc l’obliger à assumer une responsabilité qui demeure inconnue pour elle ? », s’interroge-t-il. «C’est une véritable aberration. Cette fatwa relève d’un univers complètement absurde. Marier une fille de neuf ans, c’est plus que précoce. C’est une tragédie que toute famille refuserait de faire subir à son enfant», relève le député islamiste Abdelbari Zemzmi, indigné. Plus indignée encore, est la présidente de l’Association «Touche pas à mes enfants», Najia Adib. Réagissant à la fatwa en question, la militante associative a dit mettre au défi l’auteur même de la fatwa d’appliquer le même avis à sa propre progéniture. «C’est le monde qui avance à reculons !», s’exclame un observateur, bouleversé à l’idée que, après l’adoption du nouveau Code de la famille, l’on puisse entendre des débilités pareilles. «C’est une incitation déguisée à la pédophilie», se révolte-t-il. «La nouvelle Moudawana limite l’âge du mariage à 18 ans», précise l’ancien imam Abdelbari Zemzmi. «C’est une fatwa absurde dont le seul but pour son auteur est de se faire connaître», observe-t-il, relevant une grosse dérive du rôle même du prédicateur religieux. «Logiquement, le rôle du mufti dans une société est d’aider les individus à résoudre leurs problèmes quotidiens et non pas leur compliquer l’existence plus qu’elle ne l’est déjà», affirme M. Zemzmi. Derrière le marketing médiatique recherché, il y a l’intox d’un mufti qui s’est nourri aux mamelles du wahhabisme, avec ce que cela implique en termes d’extrémisme. Il suffit de rappeler que le dénommé Al-Maghraoui fut accrédité, et très encouragé, en Arabie Saoudite qui est le terreau du wahhabisme. Il n’est donc pas étonnant de voir ce Monsieur Maghraoui, - comme on en a vu des dizaines bien avant lui -, tenir des sornettes pareilles. Mais cela exige de la société marocaine une grande vigilance.

Une mobilisation tous azimuts doit être lancée pour barrer la route devant les visées obscurantistes et intégristes. Car, ces deux maux se nourrissent du silence, qui peut être interprété comme un consentement. D’autant plus que l’hérésie de M. Maghraoui est puisée dans un registre étranger et donc étrange à la tradition marocaine, portée par la lucidité et la tolérance.

ajout :

Fatwa


(Par Eric Timmermans)


Fatwa : Ou Fatawa, Fetva (turc).

Jugement legal, avis religieux qui a force d'orientation légale, sans être lui-même une loi.

La fatwa est généralement délivrée par l'érudit (religieux) du rang le plus élevé (ayatollah, imâm, cadi, etc…), soit du pays, soit du rite auquel il se rattache. On appelle généralement Moufti ou Mufti celui qui émet cet arrêté.

Seules les autorités compétentes peuvent donc émettre des fatwa mais dans les conditions suivantes :

  • 1)D'agir à la suite d'une demande.

  • 2)D'être en conformité avec l'esprit de l'islam.

  • 3)De confronter son opinion avec celle des pairs.

  • 4)D'argumenter.

  • 5)De la formuler clairement.

  • 6)De s'y maintenir, une fois la fatwa prise.
La fatwa exige en outre :
  • 1)Un respect total des conditions de similarité avec des situations vécues par le prophète Muhammad.

  • 2)Une compatibilité totale avec des prédécesseurs connus.
Son champ d'application est normalement limité.

Mais progressivement, des juristes musulmans, voire leurs disciples, ont émis des fatwa, alors que celle-ci peut être autorisée suite à une sollicitation du pouvoir politique mais sans être pour autant légitime au regard de la loi religieuse.

La valeur juridique d'une fatwa peut, comme on le voit, être sujette à nombre d'interprétations.

C'est pourquoi, les fatwas intempestives auraient été condamnées par Muhammad lui-même.

La fatwa la plus célèbre est évidemment la sentence de mort décrétée le 23 février 1989 par Khomeyni contre Salman Rushdie dont le seul crime est d'avoir écrit le livre intitulé "Les Versets Sataniques".


Voir la page d'accueil sur l'Islam



Références
  • L1 : Dictionnaire des symboles musulmans. Rites, mystique et civilisation. Malek Chebel. Albin Michel, 2001.
  • R1 : Revue : Islamisme , peut-on arrêter la contagion ? Le Figaro Magazine, No1193, Sep.2003.


2 commentaires:

Emelire a dit…

ça donne des envies radicales de lire ce texte !

sémaphore a dit…

Et encore! Cet article ne relate pas les derniers propos de ce cheikh! Lis plutôt : Drôle de Fatwa que celle donnée par un cheikh salafiste du nom de « Maghraoui ». Il vient de légitimer le mariage d’une fillette de 9 ans sous prétexte qu’elle « est souvent plus performante au lit qu’une fille de 20 ans ». C’est l’information relayée par Al Jarida Al Oula. Ce qui est embarrassant dans l’affaire c’est que Cheikh Maghraoui n’est pas un amateur en matière de religion et de fatwa.
Fatwa au Maroc : un Cheikh autorise le mariage d’une fillette de 9 ansEn effet, il dispose d’une association de prédication nommée « Addaaoua wa Sounna fi Al Coraane ». Cette association possède un site web qui suscite de grandes polémiques avec des fatwas sur des sujets déjà tranchés par le Saint Coran. Le plus grave est évidemment contenu dans sa dernière fatwa autorisant le mariage avec une fillette de 9 ans. A ce sujet le cheikh avance « On nous a rapporté, et nous avons constaté, que les filles de cet age étaient plus performantes au lit que des femmes adultes ». Sans commentaire !

Suite à cela, un avocat au barreau de Rabat a annoncé aujourd’hui avoir déposé plainte contre Maghraoui : « J'ai déposé une plainte contre un dénommé Mohamed Ben Abderrahman Al Maghraoui pour avoir émis un avis autorisant les filles à se marier dès l'âge de 9 ans». Il rajoute également : « j'ai porté plainte pour atteinte au Code de la famille, aux droits des enfants et à un éventuel risque de viol».

Pour sa part, la voix de l'USFP, le journal Al Ittihad Al Ichtiraki, avait estimé mercredi que « des théologiens vicieux sont aujourd'hui capables de facilement soumettre la religion au service de la pédophilie ». Cette fatwa constitue un réel pas en arrière surtout que c’est ces affirmations émanant d’un homme de religion, une personne censée défendre les justes valeurs propres à l’Islam.

Mohcine Lourhzal
Copyright Yabiladi.com