lundi 7 avril 2008

Manifeste pour une société sans prostitution


NOW mail art par Maryam Shams


Une pétition vient d’être mise en ligne à l’initiative du mouvement du nid.

Il importe de la signer et de la relayer le plus largement possible.

Ce manifeste était attendu par tous ceux et celles qui militent pour l’abolition de la prostitution, pour son éradication!

Toute société tolérant cet esclavage sexuel est complice de crime envers ses citoyens et plus particulièrement envers les femmes et les enfants qui la constituent.

Sémaphore

Pétition en ligne :

http://www.pourunesocietesansprostitution.org/

nb : remerciements à Emelire féministe aux aguets, comme il se doit!


Manifeste pour une société sans prostitution

Au moment où la société marchande parvient à recycler l’exploitation sexuelle d’autrui en simple "loisir", nous lançons un appel à la résistance.

Le Mouvement du Nid refuse la prostitution comme il refuse la misère, l’exclusion, l’esclavage, la torture, la traite, qui en sont inséparables.
Il appelle à un engagement politique, social et culturel, un front de refus face à l’ensemble du système prostitutionnel.
Ni "mal nécessaire", ni "fatalité", ni "métier", lieu de prédilection de la violence, du sexisme et du racisme, la prostitution est un archaïsme au cœur de nos sociétés.

Un constat

- La prostitution transforme en marchandises des millions d’êtres humains, femmes, hommes, enfants, transgenres, en France et dans le monde.

- La traite en vue de la prostitution explose sur l’ensemble de la planète pour répondre aux prétendus "besoins irrépressibles" des clients prostitueurs.

- Le corps des femmes demeure un lieu de défoulement, un "repos du guerrier" lors de manifestations à travers le monde (sportives, militaires, professionnelles, politiques, touristiques...).

Un appel

- Au moment où la société marchande parvient à recycler l’exploitation sexuelle d’autrui en simple "loisir", nous lançons un appel à la vigilance. Refusons la marchandisation de tout être humain !

- Gardons l’optimisme et les valeurs de la déclaration des Droits de l’Homme : entrons en résistance contre la dictature de la société marchande !

Des exigences pour une politique cohérente, ici et maintenant

- La suppression du délit de racolage qui pénalise les personnes prostituées.

- L’inclusion dans le droit du principe de la responsabilité des clients prostitueurs et la mise en place de sanctions éducatives à leur égard.

- L’application réelle de la loi sur la répression du proxénétisme et la fin des complaisances pour ses nouvelles formes moins visibles (salon de massage, bars à hôtesses, internet, petites annonces...).

- La mise en œuvre dans les programmes scolaires d’une véritable politique d’égalité entre filles et garçons et d’une éducation à la sexualité fondée sur la notion de désir partagé et de respect de l’autre.

- La mise en place d’une politique réelle de prévention du risque prostitutionnel en direction de tout public.

- La proposition d’alternatives crédibles et solides à la prostitution et des moyens pour favoriser les démarches de réinsertion.



Pétition en ligne :
http://www.pourunesocietesansprostitution.org/

Nous recueillons également des signatures par courrier. Téléchargez ici le texte du Manifeste, qui comporte un espace pour les signatures. Vous pourrez les renvoyer au

PDF - 77.7 ko
Manifeste pour une société sans prostitution

Mouvement du Nid
8 bis rue Dagobert
92114 BP 63 Clichy Cedex

Attention, pour être valides les signatures doivent être sur le même document que le texte du Manifeste !



2 commentaires:

Emelire a dit…

Merci de ton relai, Sémaphore. En fait, le Nid a été primé cette année : prix Femino de la pub non sexiste, et des copines qui assistaient à la remise du prix dans une Mairie d'arrondissement ont été au courant de ce Manifeste. Une copine m'a donné aussi un hors série de la revue du Nid '20 ans de paroles de prostituées et de clients'. C'est bien d'avoir des extraits de leurs témoignages.
Moi-même je ne comprenais pas quelque chose de la prostitution (comme du viol et de la domination patriacale des femmes et des enfants), tout en le sachant au fond. Je crois que ça arrive souvent et que le féminisme sert de révélateur. On ne sait pas, on ne voit pas tellement on est conditionnées.
En passant régulièrement sur un grand boulevard, quand les prostituées étaient encore là (elles sont dans les petites rues juste derrière maintenant) je voyais vraiment des types pas très vieux, des siège bb à l'arrière des voitures, bref plutôt le style père de famille, type qui revient du boulot, que l'archétype du client pauv'mec, vieux, seul, timide ou renfermé.
J'ai lu sur cette domination. Le fait d'acheter le droit de ... Peut être de faire faire à cette femme ce que montre la porno et que leur femme 'légitime' ne veut pas faire, ne prend pas de plaisir à faire, souffre à faire ou peut être encore + simple : le truc qu'ils n'osent pas demander à leur femme 'légitime'.
Mais qu'ils se sentent en droit d'exiger de cette fille ou femme là puisqu'ils paient. Même si elle n'a aucun désir, même si ça la dégoûte elle aussi, même si physiquement elle en souffre.Et comment ne pas souffrir physiquement de la répétition de ces actes. Et je ne parle que d'une femme de chair là. Après, il y a l'intérieur de la tête. La peur, dans la rue il y a forcément la peur, celle de tomber sur un malade... il y en a. Il y a des hommes que le consentement n'intéresse pas, même celui donné par l'argent. Comment oser prétendre que c'est une vie. C'est toujours plus facile de porter le malheur des autres... celui des autres est léger...

sémaphore a dit…

"C'est toujours plus facile de porter le malheur des autres... celui des autres est léger..."

Je tenais à souligner ton propos, nous pouvons imaginer la souffrance de l'autre à l'aune de nos propres souffrances, nous pouvons nous indigner, savoir combien est abject l'enfer qu'ils vivent sans le vivre dans notre chair, c'est pourquoi nous nous devons de dénoncer ce système qui voue au silence ceux qui y sont enfermés.

Je pense à ces vers de Sabine Sicaud car ce qu'endure l'autre malgré toute notre attention nous reste toujours en-deçà.

"Une feuille a son mal qu'ignore l'autre feuille.

Et le mal de l'oiseau, l'autre oiseau n'en sait rien."