lundi 28 avril 2008

Presse féministe : axelle, un mensuel made in Belgium


axelle un magazine féministe made in Belgium, découvert très récemment dans mes périgrinations sur la toile et dont je tiens tout particulièrement à souligner l'existence quand la presse féministe se fait si rare dans le paysage des médias.

Si vous souhaitez en faire la découverte n'hésitez pas à les contacter, ci-dessous vous pouvez faire la demande d'un numéro gratuit qu'elles vous feront parvenir avec une diligence toute militante.

Sur l'hexagone nous avons Clara-magazine, je me répète mais il est utile de soutenir ce genre d'initiative, ce magazine n'est pas disponible en kiosque mais uniquement sur abonnement vous pouvez le découvrir sur son site qui s'est enrichi par la publication d'articles consultables en ligne : http://www.clara-magazine.fr/

Si Clara-magazine se fait le relais de l'association femmes solidaires (ex UFF mouvement né à la libération sous l'impulsion des femmes ayant combattu dans la résistance), axelle est lui aussi le porte voix d'une association féministe baptisée Vie féminine dont le berceau, lui, est belge.

Des rubriques cinéma, livres, musiques, littérature jeunesse, des dossiers tels "l'art et les femmes" ou "Afrique, les femmes se mobilisent", ou encore
dans leur dernière parution "le corps des femmes, un enjeu de santé et de société"...,women on the web, société, campagnes de mobilisation et de sensibilisation, politique, droit,...
Bref, un mensuel enfin pour les femmes versus la presse dite féminine aux multiples injonctions somme toute très sexiste! N'est-ce pas ?...

sémaphore


Edito
par Isabelle Desobry ,
axelle n°108, avril 2008
La paix !

"Mal payées, sous-représentées dans les postes à responsabilités, les femmes sont aussi maltraitées, encore et toujours, dans leur corps et leur image, dénonce Agnès Maillard. Était-il bien utile de brûler les soutiens-gorge en public, si c’est pour continuer à glorifier l’image de la femme mince, voire très mince, dans les médias, femme faire-valoir, potiche ou plante verte, vantant les perceuses et les grosses cylindrées, bâtie comme une préadolescente, véritable publicité pour l’anorexie et autres conneries de régimes ?"[1] Cette indignation, nous sommes nombreuses à la partager. Le dossier et plusieurs articles de ce numéro en témoignent : trop souvent, le corps des femmes, ainsi que leur santé, fait l'objet de représentations, de discours, de pressions visant à nous imposer des normes. Normes esthétiques, certes, mais aussi normes de santé, celle-ci étant fréquemment envisagée comme un "bien-être" où la conformité à l'air du temps passe avant nos réels besoins et aspirations.

Dans ce contexte, les marchands de tout bord font évidemment mine d'oublier que la santé et le bien-être des femmes sont d'abord liés à leurs conditions de vie. Les femmes figurent parmi les plus pauvres et les plus précaires ; elles cumulent le travail professionnel, les soins aux enfants et les tâches domestiques ; elles s'occupent de leurs proches dépendants ; elles subissent des discriminations dans le monde du travail parce qu'elles sont mères ou "risquent" de le devenir… Et ce que notre société capitaliste leur propose – leur vend ! –, ce sont des régimes, des traitements parfois nocifs pour lutter contre les signes de l'âge, de coûteux produits soi-disant miraculeux, des séances de "relooking" ou de "coaching"… Ce qui donne à penser que les femmes ne peuvent toujours pas mener leur vie quotidienne ou participer à la vie sociale en toute liberté, mais doivent sans cesse se préoccuper du regard et des exigences d'autrui.

"Alors, qu’est-ce qu’elles veulent, ces femmes, que veulent-elles vraiment ?, demande Agnès Maillard. Il serait peut-être temps de leur poser directement la question. Peut-être ne plus devoir choisir entre leur vie de femme, de mère et l’idée souvent un peu chimérique de carrière. Peut-être que leur physique ne soit plus aussi important dans leur vie quotidienne. Peut-être juste que leur féminité ne soit pas ce qui détermine les choix qu'elles pourront faire dans leur vie. Peut-être qu’on les laisse en paix."[2] À vous, à nous de compléter la liste !


[1] "Ce que veulent les femmes", Agnès Maillard, http://blog.monolecte.fr/post/2008/03/04/Ce-que-veulent-les-femmes.

[2] Idem.


Envie de recevoir un numéro gratuit ?

Si vous n'êtes pas encore abonné-e à axelle, et souhaitez découvrir notre magazine gratuitement et sans engagement, il suffit de nous écrire (via le formulaire) ou de nous téléphoner (02 227 13 19). Sur simple demande, nous vous enverrons le dernier numéro d'axelle.

Pour l'envoi d'un numéro gratuit à l'étranger, merci de nous verser les frais de port* sur le compte IBAN BE03 7995 5001 7684 (BIC : GKCCBEBB) de Vie Féminine, en n'oubliant pas de mentionner vos coordonnées complètes ainsi que la communication "frais de port axelle".

* 4,20 eur. pour l'Europe
* 4,55 eur. pour le reste du monde


1 commentaire:

Emelire a dit…

J'ai été abonnée 2 ans à Axelle, et je peux témoigner que c'est un excellent journal féministe, plein de bon sens, de conseils pratiques, avec des pages axées + 'Belgique' type 'nos droits" et de nombreux articles où en tant que Française on se retrouve tout à fait, des rubriques sur la pub sexiste, les stéréotypes de l'image des femmes, des jouets, etc. C'est très près du terrain, à soutenir si on peut. (j'ai stoppé car j'ai déjà Clara et ça faisait cher pour moi tout ça, et ... il faut le temps de les lire ;o) en tous cas c'est un bon cadeau à (se) faire !!!