mardi 11 mars 2008

« La femme a le droit de monter à l’échafaud ..."

« La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle devrait aussi avoir le droit de monter à la tribune. »

Olympe de Gouges

Se doutait-elle, Olympe, de la prémonition contenue dans sa déclaration ?

La misogynie qui conduisit à l'exécution de cette femme de lettres et femme politique, auteure de pièces de théâtre revendiquant son abolitionnisme fervent pour la cause des noirs, rédactrice de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, cette misogynie là sévit toujours et encore, entendez-la aboyer dès qu'une femme exprime la revendication de ses droits, de son autonomie, de sa liberté.

Entendez son mépris dès qu'une femme se donne les moyens de pouvoir abolir des pratiques séculaires réduisant les femmes à l'esclavage sexuel.

Écoutez sa rage dès qu'une femme brigue les plus hautes fonctions d'un état.

Non, la misogynie n'a pas disparu, chaque jour les journaux se font l'écho de ses méfaits, ses ravages, ses ignobles injures, ses infâmes salves, sa criminelle barbarie!

sémaphore

1 commentaire:

Emelire a dit…

Je bois du petit lait avec tes notes ! cette phrase d'O. de Gouges est une des premières phrases féministes que j'ai apprises, et que j'ai tant aimé ! J'ai compris pourquoi j'avais cette révolte en moi depuis toute petite ... et que c'était ni un rêve ni un trait de mauvais caractère, juste un désir de justice et de paix !